Le slam Opéra qui a eu lieu en ouverure du Festival Afrikakeur
(Dakar et Cap Ouest - Sénégal)

Le Slam Opéra ou la poésie au centre des arts


C'est avec enthousiasme et générosité que Mike Sylla, initiateur du « Slam Opéra », a présenter son concept novateur et unique en ouverture du Festival Afrikakeur, le 1er juin 2005, en plein air, à la Porte du 3e millénaire à Dakar, puis au CAP OUEST le vendredi 3 juin 2005.

Véritable rassemblement avant-gardiste, pluridisciplinaire et artistique, le Slam Opéra, c'est d'abord un esprit à la fois d'ouverture et d'unité autour du slam-poésie chanté qui s'est imposé comme un véritable mode d'expression artistique.

C'est en quelque sorte le concept même de Baïfall Dream (la griffe de Mike Sylla), qui s'est adapté à la scène et au théātre. Autour de la poésie : le monde de la mode (les artistes sont tous habillés par Baïfall Dream), de la musique, de la danse, du conte, de la peinture et du théâtre. Le tout mis en exergue par un décor qui, lui aussi, symbolise la force de l'unité et du rassemblement des arts, si chers à Mike Sylla. Pourquoi le slam, pourquoi la poésie, comme vecteur d'unité ? « Car la poésie donne un sens à la parole et nous rappelle que nous sommes de la culture de l¹oralité », lance Mike Sylla.
« Conteurs, historiens, poètes urbains, maîtres du verbe, griots, initiés, gardiens d'une tradition orale qui remonte au XIIIe siècle, tous maîtrisent l'art de la parole. Et tous sont des héritiers et des dépositaires de la culture traditionnelle et moderne qui fait le Slam Opéra, à travers une mise en scène qui relie tous les arts, de la poésie à l'art plastique ».
Sur scène vous verrez donc les auteurs des « textes chantés » eux-mêmes, mais aussi des chanteurs, des comédiens, des danseurs et des musiciens. Tous liés. Tous unis.
Ici, seul le rassemblement a du sens et donne sa force à cette belle représentation artistique.Quand l'êgo fait place à l'union, une nouvelle forme d'inspiration naît ! El la magie du Slam Opéra s¹opère.
Tous unis, pour une noble cause. Celle qui fait de la poésie la clé de voûte de tous les arts.

Renée Mendy-Ongoundou

 

Poètes : Célia (les Nubians), Anouch, John Bansai, Blade, Chynna, Philippe Jeagle, Lady Sweety, Must, Dekal Thiossane.
Musiciens : Mike Sylla, Samuel Clément, Hervé Le Bongo, Dembelle Diop, Doudou Konare, Alioune Seck, Roger Ongolo, Valérie Bouchard.
Danseurs : Prudence Maïdou, Leïla, Fadila, Sumirah, Sandrine Loiseau.
Costumes : Baïfall Dream and the human tribe.
Conception et Réalisation : Mike Sylla.
Assistance réalisatrice : Célia (Les Nubians).
Logistique : Amah Ayivi et Rémy Gorog.